Uyen, Fondatrice de BORN TO BE WILD, est mon invitée du mois

Souvenez-vous je vous avais parlé des tisanes naturelles et de la marque engagée BORN TO BE WILD le mois dernier sur le blog.

J’ai eu un véritable coup de Coeur pour le travail d’Uyen qui a gentiment accepté d’être notre invitée du mois en répondant à notre petite interview.

 

Sonia : Bonjour Uyen. Comment avez-vous eu envie de créer BORN TO BE WILD ?

Uyen : Bonjour Sonia. Je n’ai à vrai dire pas eu trop le choix… Mon époux est vigneron en Dordogne. J’étais juriste en droit de l’environnement à Bruxelles. J’étais très animée par mon poste à l’agence bruxelloise pour l’environnement, mais je ressentais également une certaine frustration pointer, de ne pas être plus souvent sur le terrain, de ne pas être en connection avec la nature, de ne pas faire quelque chose qui porte un véritable sens, même si mon job consistait à rédiger des textes de loi pour protéger la biodiversité, la faune et la flore à Bruxelles. Ce n’était plus suffisant, je voulais m’ancrer. Nous avons donc envisagé un projet commun, qui nous épanouisse tous les deux, tant au niveau professionnel que dans la sphère privée. Nous avons donc décidé de venir en Dordogne, sur le vignoble familial que Florent avait déjà repris depuis 2008 pour y construire notre maison écologique, pour y placer mon activité de paysanne-cueilleuse, pour offrir la vie de campagne à nos enfants, en tout simplicité.

 

Sonia : Quelles sont les VALEURS de Born to be Wild ?

Uyen : J’ai mis du temps à les exprimer, même si elles ont toujours sous-tendus tout mon travail et ma réflexion. C’est depuis peu, grâce à ma participation au programme Women Act de Empow’Her qui accompagne les femmes entrepreneuses actrices du changement, que j’ai réussi à les identifier clairement, afin de donner un sens global à Born to Be Wild. Je me sens aujourd’hui pleinement alignée avec le projet sociétal de Born to Be Wild, c’est extrêmement moteur.

Born to Be Wild se veut animé par les valeurs que sont la créativité, l’authenticité et l’ouverture.

La créativité résulte du processus par lequel l’originalité dans la manière d’associer des choses ou des idées engendre la modification, la transformation ou le changement de perception ou d’usage de ces choses ou idées. Et c’est bien là la vocation première de Born to Be Wild! Il s’agit de dépoussiérer le monde des plantes aromatiques et médicinales, un peu vieillot, pour accompagner petites et grands dans cet univers merveilleux.. avec au bout du chemin, la prise de conscience de cette richesse nous entourant et de la biodiversité qu’il convient à tout prix de préserver!

Dans la vraie vie et sur les réseaux sociaux, j’essaie à 100% d’être sincère et authentique, par mon discours et par ma pratique agricole, pour renvoyer une image conforme à la réalité, en toute honnêteté et humilité. J’estime que la transparence est essentielle, parce qu’on nous manipule tellement, en particulier lorsqu’on en vient à l’alimentation et à l’écologie!

Je suis révulsée par la mise en avant systématique d’un pseudo Made in France, lorsque un nombre significatif de plantes proviennent de pays lointains, mais que le seul fait d’avoir procédé à l’assemblage et au conditionnement en France permette d’apposer la mention Made in France. Je ne perçois pas d’un bon oeil l’ajout d’arômes naturels qu’on brandit comme des ingrédients issus tel quel de la nature. Ou encore, je ne tolère pas le greenwashing qui met en avant des pratiques soi-disant plus vertueuses, tel que l’emballage en bioplastique, alors que les dégâts écologiques de tels usages ne sont pas anodins. Je n’ai pas envie de m’afficher comme donneuse de leçon ou moralisatrice, mais je trouve que certains messages marketing à l’heure actuelle ne sont pas honnêtes…

Enfin, on m’a dit un jour: “la ferme, ça enferme”. C’est pourquoi, avec Born to Be Wild, j’essaie de sortir du milieu agricole, dans une optique d’ouverture, pour étendre mes horizons et mes points de vue en me tournant vers l’extérieur, pour ne pas être autoconcernée, pour être nourrie d’idées fraîches. J’aime rencontrer des gens qui font des choses totalement différentes, pour apprendre, découvrir, m’enrichir… et tous ces cheminements finissent toujours par donner naissance à un petit rien, qui forme un grand tout au bout du compte… Il y a la reconduction à la nature, et puis il y a la reconduction aux autres. Les deux sont essentiels.

 

Sonia : Comment travaillez-vous exactement pour créer vos tisanes ?

Uyen : Je travaille en premier lieu de manière très intellectuelle. Je dresse des listes de plantes, en fonction de leurs propriétés, ou de l’esprit que je cherche à donner à mon mélange. Ensuite, je sélectionne les plantes qui me parlent le plus, en terme de goût par exemple pour créer mon mélange. Je cherche à proposer une véritable expérience pour tous les sens, d’abord pour les yeux, ensuite pour le nez et enfin, pour le palais. Une fois que mon mélange est plus ou moins arrêté après plusieurs essais d’infusion, je le fais valider une dernière fois par mon époux, lequel est également oenologue. Il perçoit des choses que je ne sens pas, c’est fascinant. Cela dit, je vais constituer cet hiver un panel à qui je soumettrai mes infusions, pour être vraiment au top. Je suis parfois encore insatisfaite, et il faudrait un moment que je lâche prise, mais avant, je voudrais une ultime validation. N’utilisant que des plantes, issues de ma production, mes tisanes n’auront donc jamais la gourmandise d’un mélange au caramel ou aux fruits rouges par exemple. J’essaie de développer des assemblages ayant du goût, mais au final, on reste sur un produit purement végétal ! Je ne pourrais jamais plaire à tous les palais, mais j’aimerais aller au bout de ma démarche, également par souci de coller à mes valeurs: créativité, authenticité et ouverture.

 

Sonia : Où peut-on retrouver vos magnifiques produits Uyen ?

Uyen : Sur ma boutique en ligne www.born-to-be-wild.fr

Vous pouvez également découvrir mon univers sur Instagram : @borntobewild_fr

Je suis également distribuée dans certains points de vente à Bordeaux ou proposée à la table de certains restaurateurs de Gironde et de Dordogne. Et mon idée est encore de developper d’autres débouchés, mais surtout de donner naissance à de belles collaborations !

Nous remercions Uyen pour sa gentillesse et sa simplicité.

Vous pouvez retrouver l’article dans lequel je vous parlais de ses délicieuses tisanes juste ici.

Merci d’avoir passé ce petit moment avec nous 😉

Passez une très belle journée 😉
Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *